mardi 9 mai 2017

BABARMAN, MON CIRQUE POUR UN ROYAUME

de Sophie Perez et Xavier Boussiron 
avec Sophie Lenoir, Stéphane Roger, Marlène Saldana, Gilles Gaston-Dreyfus, Françoise Klein, Danièle Hugues
Création 2017 jeune public 7-11 ans
(mais ce spectacle s'adresse aussi aux adultes, aux parents, et aux personnes sans enfants. Vous comprendrez pourquoi.)







































Grain-de-Café est le meilleur copain de Babarman. Mais il est à la recherche de son ami.
Babarman, c’est le roi. Mais le roi, il en a eu marre : marre des obligations, marre du protocole. Il a soudainement eu besoin de changer d’air. Sans crier gare, il a laissé tomber ses responsabilités et le royaume qui va avec. Il s’est enfui.
Au début, on découvre que Babarman s’est trouvé un job comme animal savant dans un cirque. Il est plutôt motivé, mais son dompteur doutant de ses capacités à obéir l’envoie chez un véto-psychiatre, pire que Bruno Bettelheim, qui à son tour le trouve carrément instable. Du coup, Babarman se retrouve dans le Château des caprices où trois terribles bonnes soeurs (qui voient de la rébellion partout, même chez le Petit poucet…) le mettent au pied du mur : s’il se complaît à réagir comme un enfant, alors il restera un enfant à jamais. Le sortilège est cruel : Babarman est redevenu un gosse, tout petit et bien triste.
Jusqu’à ce que Grain-de-Café le retrouve enfin. Et à ce moment-là, le petit Babarman fait montre d’un caractère insupportable,  impertinent et vantard.
Alors : le petit Babarman va-t-il retrouver sa taille normale et sa personnalité grâce aux pouvoirs de Grosse Pétale, la fleur magique ? Et si jamais c’est le cas, Grain-de-Café saura-t-il convaincre son vieux pote de reprendre ses fonctions de roi dans un royaume où tout a sombré dans le chaos et découragement ? Et puis au fond, a-t-on vraiment besoin d’un roi ?

Ça, c’est ce que découvriront les enfants. Dans le chapiteau, monté sur la scène, là où se déroulent les tonitruantes péripéties de Babarman.

Car les parents, et les gens qui n’ont pas d’enfants (qui sont d’ailleurs aussi les bienvenus), sont témoins des coulisses du merveilleux. Aux abords du chapiteau, c’est la ménagerie humaine qui évolue au sein d’une sorte une grande loge, un univers aux contours approximatifs où il est question de trouver un peu de concentration car toujours il faut retourner dans le chapiteau, devant les gosses, sans jamais que le comble de l’enchantement ne faiblisse.
Il faut les prendre au sérieux les gosses. Il n’y a rien de pire que de jouer devant des enfants.


les 2 et 3 mars 2018 Scènes du Golfe / Théâtre Anne de Bretagne, Vannes

les 25,26 et 27 mai 2018 Centre Pompidou, Paris

lundi 20 février 2017

prochaine création jeune public / tout public :


BABARMAN, MON CIRQUE POUR UN ROYAUME

de Sophie Perez et Xavier Boussiron


avec Gilles Gaston-Dreyfus, Danièle Hugues, Françoise Klein, Sophie Lenoir, Stéphane Roger, Marlène Saldana
Création du 31 mars au 2 avril 2017
au Théâtre Nouvelle Génération, Lyon


saison 2016-2017 :

le 26 avril 2017
Festival Nanodanses du CDC à La Grainerie, Toulouse

du 12 au 21 mai 2017
au Théâtre des Amandiers, Nanterre








copyright Marc Domage


dimanche 19 février 2017



BIOPIGS 

de Sophie Perez et Xavier Boussiron


avec Sophie Lenoir, Stéphane Roger,
Marlène Saldana, Erge Yu
du 11 au 23 avril 2017
au Théâtre du Rond Point (salle Renaud Barrault), Paris



mercredi 9 novembre 2016

LA BAIGNOIRE DE VELOURS
de Sophie Perez et Xavier Boussiron
  
5 spectacles du 10 au 29 janvier 2017 à 18h30                
au Théâtre du Rond Point (salle Jean Tardieu)  
     
Programme :




LE PIED JALOUX
avec Sophie Lenoir
du 10 au 14 janvier 2017 à 18h30

Le Pied Jaloux. Beauty ! Excitement ! Striking arrangements ! Somptuous lonelywood !
Depuis les premières pièces de la Compagnie du Zerep, Sophie Lenoir a déployé une sorte de répertoire personnel très singulier, notamment dans son rapport à la danse. Elle bouge, et ses gestes sont comme des mots d’esprits éloquents et imprononçables.
Nous avions déjà conçu avec elle « Les Danses de Poupées de Belle-mères » que l’on présentait ainsi : « Loin de la fureur du monde, la danse ordinaire du panier à crotte propose à l’imagination l’utopie d’une coexistence impossible et amusante des différences. Plus qu’une histoire de la danse, c’est une histoire de la femme que Sophie Lenoir nous donne à travers cette rétrospective chorégraphique. »
Ce nouveau projet de solo sera une sorte de « Scène de l’après-midi d’un faune » au féminin, avec une tendance «Soul train-train». Dans « Le pied jaloux » Sophie Lenoir lance tout simplement un défi à la forme, au fond et à la théorie…"

-------




FAIRE METTRE
avec Sophie Lenoir, Stéphane Roger et Xavier Boussiron
du 17 au 20 janvier 2017 à 18h30





























STÉPHANE ROGER CHANTE TOUT AVEC LA VOIX D'AZNAVOUR 
avec Stéphane Roger 
du 21 au 22 janvier 2017 à 18h30




























MIKROKOSMOS de BELÀ BARTOK
par Marie-Pierre Brébant et Xavier Boussiron
du 24 au 25 janvier 2017 à 18h30




























ÉCARTE LA GARDINE, TU VERRAS LE PROSCÉNIUM
avec Gilles Gaston-Dreyfus, Sophie Lenoir, Stéphane Roger et Marlène Saldana

mardi 8 novembre 2016

LE PIÈGE À LOUP
de Sophie Perez et Xavier Boussiron

avec Stéphane Roger   
les 29 et 30 novembre 2016 à 20h30                  
à La Ménagerie de verre / festival Les Inacoutumés       


Le dompteur va tenter de dresser ses animaux, mais étant donné que ces derniers sont morts, il n’y arrive pas.
Alors, il se pose et fait le bilan sur le «n’importe quoi» et l’idée de «rentrer dedans». C’est sa façon de prendre soin du public.
Finalement, il s’éloigne, pour montrer qu’on peut sans doute aller plus loin. Il est comme un coucher de soleil à grosses tétines un peu braillard, et chante : «Vous disiez penser ne plus vouloir que quelqu’un souffre, Vous le pensiez vraiment ? / Vous disiez pensez ne plus vouloir que quelqu’un souffre, Vous le pensiez, dis donc ?» 

Le Piège à Loup est une pièce courte de théâtre-garage en trois actes s’articulant autour de la triangulaire suivante :  La crise d’autorité , le For intérieur et l’Expression personnelle.
Stéphane Roger, seul sur le béton de la Ménagerie de verre au milieu de ses bêtes nourries à la viande, lance un défi à tous les détenteurs d’un «master en performance» (invention récente qui s’obtient, sans trop d’effort, dans n’importe quelle école d’art de Berlin).
Il est question des usages de l’ennui, du charme des limites, des limites de la mauvaise foi, des incohérences de la fainéantise et des rancunes de la représentation.